L’esprit comme relation entre les corps

par Frédéric Worms

Résumé

Le but de cet exposé sera de montrer en quoi le dualisme traditionnel entre l’esprit et le corps doit être remplacé aujourd’hui non pas seulement par une réduction de l’esprit à un mécanisme corporel, mais aussi et surtout par une relation entre les corps susceptible d’une genèse et d’une perte, et donc d’une dualité concrète de signification d’emblée éthique, de sorte qu’on comprenne comment on peut acquérir la conscience de soi comme esprit, ou la perdre, comme on dit « perdre l’esprit ». Pour le comprendre, il faudra d’abord revenir sur les critiques du dualisme de l’esprit et du corps, mais aussi d’une certaine réduction de l’esprit au corps isolé, qui insistent sur la relation concrète entre l’esprit et le ou plutôt les corps, l’esprit et le monde, comme chez Bergson ou Merleau-Ponty, pour voir ensuite ce que peuvent leur ajouter les réflexions contemporaines sur les relations entre les corps (chez les scientifiques mais aussi des psychanalystes comme Donald Winnicott), chez les êtres vivants et notamment humains.