L’inconscient du psychanalyste au service d’une éthique de soin

par J-D. Nasio

Résumé

Je définirai le rapport de la psychanalyse à l’éthique, en me posant la question : « Comment travaille mentalement un psychanalyste ? », c’est-à-dire, que se passe-t-il dans la tête du psychanalyste quand il écoute son patient ? Et j’avancerai tout d’abord l’hypothèse que lorsqu’un psychanalyste écoute véritablement son patient, il perçoit son inconscient.
Pour m’expliquer, je témoignerai de ma propre expérience de praticien et proposerai de suivre, comme dans un film, l’activité mentale du psychanalyste avant d’interpréter une parole décisive de son patient. Ce travail mental, qui correspond au « processus de l’écoute », se déroule en cinq phases : l’analyste observe ; il veut comprendre ; il écoute ; il s’identifie et il délivre son interprétation.
J’illustrerai ce processus avec un cas clinique et tenterai de montrer en quoi la connaissance de l’inconscient peut contribuer à la compréhension du besoin éthique de l’être humain et surtout en quoi l’inconscient du psychanalyste peut être mis au service d’une éthique de soin.