Objets de la raison et œuvres de la foi

par Alain Cugno

Résumé

Il suffit d’examiner le fonctionnement de la raison pour faire apparaître qu’elle n’est rien sans la construction d’objets. Mode d’apparition de la raison à elle-même, ces signes visibles sont mis invisiblement en perspective dans une structure d’horizon qui lui est propre. Ainsi peut-on distinguer les objets rationnels d’une part, de l’activité rationnelle d’autre part, comme J.-T. Desanti distinguait les mathématiques effectivement écrites, les mathemata, de l’ensemble des opérations qui, à chaque époque, leur avait permis d’apparaître, leur mathesis.

Or, si l’on se tourne vers la foi (que l’on aura le soin de distinguer de la croyance), on retrouve la même structure, la même articulation entre elle-même et ses œuvres, avec un degré de complexité supplémentaire, puisque la foi ne peut œuvrer que si elle accepte de se perdre de vue, constituant par là un espace nouveau et universel.

Si maintenant on fait retour vers le travail de la raison, on s’apercevra qu’il y a aussi un geste du même genre (un geste de détournement, de retrait, d’abandon) à l’intérieur de l’exercice de la rationalité. C’est dans cet espace que se tient la racine commune entre foi et raison, le lieu de leur identité et de leur différence : la rationalité du spirituel.

Intervention d’Alain Cugno au cours de la Journée de la solidarité humaine 2010 : Spirituel et rationnel – les alliances paradoxales (voir la vidéo)