La dimension tragique de l’existence et la question du sens en Analyse existentielle et Logothérapie

Par Georges-Elia Sarfati

La pensée de Viktor Frankl prend pour point de départ une réflexion sur la condition humaine, notamment appréhendée sous le rapport de sa dimension tragique. Le tragique dont il est ici question tient en tout premier lieu à la conscience de la finitude. C’est à l’aune de ce savoir, qui est une caractéristique de l’espèce humaine, que l’Analyse existentielle pose corrélativement la question du « sens de la vie ». En somme c’est de la conscience de la finitude que procède le questionnement humain du sens. Sens de la vie/sens de la mort définissent l’envers et l’avers d’un même souci, leur dialectique caractérise la dynamique existentielle, indissociable d’une ouverture métaphysique qui repose sur l’affirmation des valeurs. Issues d’une considération philosophique préalable, les perspectives de l’Analyse existentielle définissent d’emblée un référentiel thérapeutique susceptible d’appréhender, en même temps que la finitude, les différentes formes de souffrance qui mettent l’humain au défi d’opposer à celle-ci une réponse sensée.