Formation et adaptation dans la Pédagogie de Kant

par Barbara Stiegler

Dans son cours de pédagogie, Kant place la différence de l’homme, non plus dans la raison ou dans la parole (logos), mais dans l’absence de programme. Tandis que les conduites animales sont programmées, l’espèce humaine n’a pas de plan. C’est ce déficit qui est le motif profond du développement de la raison par l’éducation. N’ayant pas de programme, l’espèce humaine a besoin de «sa propre raison » et « doit faire [elle-même] le plan de son comportement».

Mais il reste à savoir si ce programme doit adapter l’animal aux contraintes du présent ou s’il ne doit pas plutôt le former en vue d’une destination encore à venir de l’espèce.

Tandis que l’adaptation est gouvernée par le réel présent, la formation s’oriente prioritairement à partir de l’avenir possible de l’espèce. En optant clairement pour la seconde direction et contre la première, la pédagogie kantienne fournit de puissantes armes critiques contre les impératifs de l’adaptation, pourtant de plus en plus dominants dans les pédagogies contemporaines. On se demandera, en effet, si nos politiques éducatives actuelles entendent encore quelque chose de cette exigence qui est pourtant, peut-être, le premier repère éthique de toute relation éducative.