Éthique et solidarité humaine à l’âge des réseaux

Partenaires

Collège de la Cité des sciences et de l’industrie

Fondation Internet Nouvelle Génération (FING)

[BordureGauche titre="Participants"]

Marc Agi

Philippe Breton

Céline Delacour

Claude Henry

Gilbert Isoard

Paul Mathias

Sylvain Missonnier

Pierre Pérez

Paul Soriano

Publication du colloque

Éthique et solidarité humaine à l’âge des réseaux Comme toutes les “nouvelles technologies”, les TIC («technologi… lire la suite

19 avril 2005  –  Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris

 

Les conséquences, du point de vue de l’éthique, de l’essor fulgurant des nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC), et d’Internet en particulier, apparaissent très contrastées : pour certains, les réseaux et la  “toile” nous feraient entrer dans une nouvelle époque de l’histoire humaine, celle d’une “cyberdémocratie” planétaire où la libre circulation de l’information et l’invention de liens de solidarité originaux autorisent tous les espoirs, en faisant entrevoir un nouvel âge de “l’universalisme” éthique. Pour d’autres, au contraire, ces nouvelles technologies, et l’usage plus ou moins régulier qui en est fait, viennent seulement confirmer et même accentuer l’état d’aliénation où se trouve plongé l’individu contemporain, partagé entre les séductions du marché et la tentation du “repli identitaire”. Il s’agit donc d’évaluer en pratique les effets réels de ces technologies sur le terrain des comportements humains et des idéaux éthiques. Pour cela, on orientera la réflexion dans deux directions.

Au-delà des questions particulières liées à la “netiquette”, qui s’apparente généralement à un simple code de bonne conduite dans l’usage des services et des informations disponibles sur les réseaux, de quels outils disposons-nous pour prendre la mesure de l’impact humain des NTIC ? Nous incitent-elles à cultiver le souci de l’autre, favorisent-elles les comportements éthiques, ou du moins une forme de vigilance, ou bien, à l’inverse, agissent-elles comme un catalyseur de nos instincts et pulsions les moins avouables ?

Au-delà des formes de sociabilité auxquelles on associe l’usage des chats et autres forums de rencontre, quel(s) usage(s) les initiatives de coopération et de solidarité font-elles des NTIC ? S’agit-il simplement de donner une efficacité accrue, si tel est le cas, à des formes traditionnelles d’entraide (aide humanitaire, dons, adoptions “virtuelles” d’orphelins, etc.) ? Ou peut-on dégager des enjeux éthiques spécifiques, liés par exemple au télétravail, à la création de projets en réseau, à l’accès des handicapés à la culture et à l’éducation, ou encore à l’essor du commerce “éthique” en ligne?

Programme

La solidarité humaine à l’âge des réseaux

Animé par Valérie Peugeot, de l’association VECAM (veille européenne et citoyenne sur les autoroutes de l’information et le multimédia), le colloque a débuté par quatre témoignages de représentants d’associations ayant mis en œuvre des solutions de solidarité via le réseau dans différents secteurs (démocratie, commerce, santé et droit).

Témoignages

  • Marc Agi, président de l’Académie internationale des droits de l’Homme
  • Gilbert Isoard, fondateur de Blue Initiative
  • Céline Delacour, chargée de coordination de l’association Juristes solidarité

Table ronde

L’éthique individuelle à l’âge des réseaux

Débat

Animé par Hervé le Crosnier, maître de conférences à l’université de Caen, le débat a permis au public de dialoguer avec :

 

Les journées d’études