Jean-Pierre Dupuy

Ancien élève de l’École polytechnique, ingénieur général des mines, directeur de recherche au CNRS, professeur de philosophie sociale et politique à l’École polytechnique et à l’université Stanford (Californie), Jean-Pierre Dupuy a fondé et dirigé jusqu’en 1999 le Centre de recherche en épistémologie appliquée (CREA) de la première ; vient d’y créer le Groupe de recherche et d’intervention sur la science et l’éthique (GRISÉ). A publié récemment : La Panique (Les Empêcheurs de penser en rond, 1991) ; Le Sacrifice et l’envie – Le libéralisme aux prises avec la justice sociale (Calmann-Lévy, 1992; Hachette, 1997) ; Introduction aux sciences sociales (Ellipses, 1992) ; Aux origines des sciences cognitives (La Découverte, 1994; 1999) ; Éthique et philosophie de l’action (Ellipses, 1999) ; Les Limites de la rationalité, tome 1: « Rationalité, éthique et cognition » (avec Pierre Livet; La Découverte, 1997); The Mechanization of the Mind (Princeton University Press, 2000) ; Pour un catastrophisme éclairé (Seuil, 2002). Fera paraître en septembre 2002 un livre sur les attentats terroristes du 11 septembre 2001, Avions-nous oublié le mal ? (Bayard). Il travaille actuellement à une critique philosophique des fondements de la théorie du choix rationnel. S’efforce désespérément d’établir des ponts, ou du moins de jeter des passerelles, entre des types de pensée qui font tout pour s’éviter : la philosophie continentale et la philosophie analytique, la philosophie et les sciences de l’homme, les sciences sociales et les sciences cognitives.

Il siège par ailleurs au Conseil général des Mines et il est membre du Comité d’éthique et de précaution de l’INRA.