Vocation
Fondation Ostad Elahi TV
Journée de la solidarité humaine
Enseignement supérieur
Recherche
International

film anniversaire de la naissance d'Ostad Elahi

Un film réalisé par Marion Sarraut, à l’occasion du 120ème anniversaire de la naissance d’Ostad Elahi, résume sa vie et son oeuvre.
Avec la voix de Philippe Gougler.

 

 

17e édition de la Journée de la solidarité humaine

 

Placé sous l’égide de l’Académie des Sciences morales et politiques et en partenariat avec Le Monde des Religions et le magazine Sciences humaines, ce colloque, animé par Virginie Larousse, rédactrice en chef du Monde des Religions, s’est tenu le samedi 29 septembre 2018 à la Fondation del Duca – Institut de France.

La référence à la mort comme moment de vérité ouvrant sur la perspective d’un salut, traverse l’histoire philosophique et religieuse : une fois passé de l’autre côté, les voiles tomberont et chacun se retrouvera face à ses juges, c’est-à-dire d’abord face à lui-même. L’enjeu premier de l’immortalité concerne donc bien cette vie-ci. Dès lors, vivre, vaquer à ses affaires, sans jamais songer à l’éventualité de sa propre fin, n’est-ce pas la pire inconscience ? N’est-ce pas folie, comme le dit Pascal, de se divertir par tous les moyens tandis qu’on se laisse mollement conduire jusqu’à la tombe ?

Quel écho une telle vision est-elle susceptible de trouver chez nous aujourd’hui ? La mort livre-t-elle la clé de la vie et de son sens ? Comment notre compréhension de la mort influe-t-elle en retour sur la manière dont nous menons nos vies, sur l’idée que nous nous faisons d’une vie vraiment humaine ? Quelles répercussions éthiques concrètes accompagnent la croyance en la vie après la mort, ou le simple examen rationnel d’une telle idée ? C’est à ces questions sans âge et aux réponses vivantes qu’on peut y apporter aujourd’hui que sera consacrée la 17e édition des Journées de la solidarité humaine.

avec des interventions de

Ghislain Waterlot, professeur de philosophie de la religion et d’éthique à l’Université de Genève – Mort à la mort ? » D’accord, mais de mort lente… Enjeux éthiques et religieux de la mort et de la finitude 

Georges-Elia Sarfati, professeur des universités, Directeur de l’École française d’analyse et de thérapie existentielles (Logothérapie) V. Frankl – La dimension tragique de l’existence et la question du sens en Analyse existentielle et Logothérapie

Renaud Évrard, psychologue clinicien, docteur en psychologie à l’université de Lorraine  – L’élan vital face à l’effroi du dernier instant 

Miriam Gablier, auteure-journaliste – Qui vit, meurt ou survit ?

Pour en savoir plus

 

Vidéos de l’état des lieux de l’enseignement et de la recherche en éthique

Dans ce colloque qui s’est déroulé à Paris au Conservatoire national des arts et métiers le 10 novembre dernier, la recherche dans le management, les technosciences, le sport, le travail, et l’innovation ont été interrogées à travers le prisme de l’éthique, de même que l’enseignement en bioéthique, dans le soin, l’économie et sur les questions d’immigration. 

• Ghislain Deslandes – Éthiques et organisations
• Alexeï Grinbaum – Éthique des nouvelles technologies : de la formation des ingénieurs à la responsabilité des chercheurs
• Bernard Andrieu – Les sportifs, nouveaux enseignants de l’éthique du sport
• Sandrine de Montgolfier – Enseignement et bioéthique
• Philippe Svandra – Pour une éthique résolument clinique,… et critique
• Sophie Swaton – Économie sociale et solidaire et transition

L’ensemble des vidéos des débats est accessible sur ce lien.

 

« L’éthique, parlons-en » avec Serge Lama

En plus de 50 ans de carrière, Serge Lama fait partie des grands chanteurs et auteurs français et est également comédien (pour en savoir plus).

Extrait : « Ce qui est difficile, c’est de gérer la réussite, parce que ce qui est terrible dans la réussite, ce qu’on appelle la réussite, la gloire, c’est qu’elle vous arrive d’un seul coup. Vous êtes rien et tout d’un coup vous êtes tout. Des gens qui ne m’appelaient pas la veille m’appellent le lendemain pour me dire que je suis indispensable, que  sans moi ils ne peuvent pas faire l’émission, etc. (…) C’est dur, quand tout le monde vous dit : « Vous êtes le plus beau, le plus ceci, le plus cela ». Il faut un certain sens de l’éthique pour se dire « non, je ne suis pas quand même le roi du monde. Je suis un chanteur qui a du succès, je suis un chanteur populaire, un chanteur célèbre » et essayer de remettre les choses dans leurs proportions. (…) Il faut arriver à passer ces périodes, où on est déstabilisé, parce qu’on est des humains, on est déstabilisé par le pouvoir que ça vous donne, par la violence que ça génère. Il faut sortir de ça, et une fois que c’est arrêté tout ça, vous ébrouer longuement. Ce n’est pas facile du tout de sortir de ça. »

À retrouver sur cette vidéo

Présentation vidéo de la création de la Fondation et de ses activités

Fondation Ostad Elahi

 

Dernière publication

 

 

Le paradoxe de l’universel, c’est qu’il se décline au pluriel : il en existe plusieurs versions, qui se font parfois rudement concurrence. Pour échapper au choc des civilisations ou à la guerre des dieux, on prône aujourd’hui un dialogue apaisé et constructif entre les traditions. Mais le dialogue a peu de chances d’aboutir si l’on part du principe que la pluralité des sagesses, des religions et des spiritualités dont nous héritons renvoie à des différences irréductibles. On peut bien entendu chercher un plus grand dénominateur commun, des valeurs humanistes abstraites dans lesquelles chacun puisse se reconnaître. On peut aussi faire le pari, plus risqué, plus ambitieux, qu’en s’éclairant les unes par les autres, ces versions de l’universel finissent par révéler un noyau d’unité réelle. Les contributeurs de ce volume relèvent le défi en se penchant sur quelques cas exemplaires : le message moral de la Bhagavadgita, les sources hébraïques et chrétiennes du Coran, le problème de l’unité des sagesses du point de vue des premiers chrétiens confrontés à la religion et à la philosophie païennes, l’œuvre de Maïmonide, partagée entre la Torah et Aristote, enfin la parole des poètes et mystiques des « sombres temps », de Maître Eckhart à Nelly Sachs.

Avec des contributions de Marc Ballanfat, Bernard Bourgeois, Dominique de Courcelles, Geneviève Gobillot, Sébastien Morlet, Géraldine Roux.

 

Enseignements en éthique individuelle

Des modules de formation originaux et sur mesure pour les établissements d’enseignement supérieur. La Fondation a ainsi établi une collaboration avec :

Pour en savoir plus

 

Catalogue des publications

Le catalogue des publications peut être consulté ci-dessous

catalogue couverture

Les ouvrages de la collection Éthique en contextes sont également accessibles en totalité et par articles sur le site www.cairn.info

 Dernières publications

ELERE couverture site petiteUn état des lieux de la recherche et de l’enseignement en éthique
Cet état des lieux, qui ne vise bien entendu pas à l’exhaustivité, est aussi une invitation à faire dialoguer les disciplines entre elles et avec la société, où les questions d’éthique émergent et où elles doivent trouver leur résolution. lire la suite

Enjeux éthiques du métier d’enseignant

L’angle d’approche de cet ouvrage novateur est celui du dialogue, de la confrontation des expériences et des pratiques professionnelles.
lire la suite
L’éthique du mensonge
Du mensonge prédateur au mensonge protecteur, en passant par celui par faiblesse ou par frime, le mensonge présente de nombreux visages…
lire la suite
lhomme alcoolique pt format siteL’homme alcoolique à cœur ouvert pour une éthique de l’imprévisibilité
Qui est l’homme alcoolique ? Il est à « cœur ouvert », un déraciné qui possède en lui la porte qui s’ouvre à ce Monde fraternel et absolu où seuls des êtres animés par le « goût de l’être » et l’« amour » peuvent pénétrer.
lire la suite
se connaître soi même pt format siteSe connaître soi-même, pourquoi ? comment ?
Il est devenu difficile de savoir de quoi il est réellement question quand on parle de « connaissance de soi ».
lire la suite
couv EAP petiteL’éthique de l’avocat pénaliste
« Comment faites-vous pour défendre l’assassin d’un enfant ? » C’est souvent cette question que les avocats pénalistes entendent à propose de leur métier.
lire la suite