Que peut nous apprendre l’expérience mystique ?

par Ghislain Waterlot

Résumé

Les formes de l’expérience spirituelle sont variées. Parmi ces formes, l’expérience mystique est une des plus intrigantes, mais aussi des plus mal comprises. La première question qu’il convient de poser est : qu’entend-on par mystique ? Cette première question en amène d’autres : dans quelle mesure la mystique peut-elle être connue de ceux qui n’en font pas l’expérience directe ? Et que nous apprend l’expérience mystique ? À mieux connaître l’homme ? la nature ? Dieu ? Nous voudrions montrer, à partir de l’éclairage de la philosophie de la religion d’Henri Bergson, actuellement redécouverte, que l’expérience mystique n’est pas, comme on le croit trop facilement, étrangère à la raison – à condition d’admettre que la raison n’est pas seulement la faculté de produire des concepts. De même nous voudrions montrer que l’expérience mystique ne peut pas être réduite à une sorte de foi ardente, mais qu’elle est une expérience sui generis, qui se distingue de la foi, même si elle en relève dans une certaine mesure. Expérience de transformation de soi et d’union à une réalité qui transcende l’expérience humaine ordinaire, et que certains mystiques estiment être Dieu même, la mystique se situerait précisément au-delà de la raison et de la foi envisagées comme une alternative.

Intervention de Guislain Waterlot au cours de la Journée de la solidarité humaine 2010 : Spirituel et rationnel – les alliances paradoxales (voir la vidéo)