Promotion en France de la recherche en éthique appliquée au Québec

Une collaboration s’est établie entre la Fondation et plusieurs chercheurs en éthique appliquée des Universités de Rimouski et Sherbrooke au Québec.  La Fondation contribue à faire connaître leurs travaux en France.

A ce jour, cinq ouvrages sont publiés dans la collection « Éthique en contextes » des éditions de l’Harmattan :
 

La Construction du savoir éthique dans les pratiques professionnelles

par Pierre Fortin, Bruno Leclerc, Pierre Paul Parent, Simone Plourde et Dany Rondeau

La question au départ de la recherche était la suivante : un intervenant dans des domaines tels que ceux de la santé, des services sociaux ou de l’éducation, peut-il construire un savoir expérientiel d’ordre éthique, en articulation avec sa pratique ? Afin de répondre à cette question, une équipe de chercheurs a développé la démarche méthodologique suivante qui consistait à rencontrer à plusieurs reprises, pendant trois ans, quatre groupes d’intervenants québécois : un premier groupe œuvrant dans une clinique de pédopsychiatrie, deux autres rattachés à des Centres régionaux en déficience intellectuelle, et enfin un quatrième composé d’éducateurs de Centres de la petite enfance. Les rencontres se déroulaient de la façon suivante : dans un premier temps, une personne présentait une expérience concrète tirée de sa pratique professionnelle, et qui soulevait selon elle un problème éthique. Dans un deuxième temps, suivait un échange d’ordre réflexif  entre les participants  avec pour objectif de mieux cerner les principales questions éthiques soulevées. Dans un troisième temps et avec l’accompagnement des chercheurs, ils faisaient un retour sur cet échange, afin de dégager les valeurs en jeu, les normes et les pratiques dénoncées ou proposées et leur légitimation, cela en dehors de tout jugement posé à l’égard d’autrui. Au terme de chaque année et à la fin de l’expérience, les chercheurs et les participants ont procédé au bilan du travail réalisé.

Ce travail de longue haleine a permis de dégager un certain nombre de conclusions, en particulier la suivante : l’enjeu pour les intervenants, qui sont dans le « feu de l’action » n’était pas tant de construire un savoir sur l’éthique tiré de leur pratique, que de mieux cerner le « savoir-être » éthique en harmonie avec un « savoir-faire ».

 

Le Souci éthique dans les pratiques professionnelles

Sous la direction de Pierre Fortin et Pierre-Paul Parent

Ce livre se présente comme un guide de formation en éthique à l’intention des personnes engagées dans des organismes offrant des services de santé et des services sociaux, plus particulièrement auprès des personnes présentant une déficience intellectuelle. Il a été rédigé par des universitaires en étroite collaboration avec des milieux de pratiques afin de dégager les principaux problèmes d’ordre éthique que l’on y rencontre.

 

Intervenir auprès des familles

Sous la direction de Pierre-Paul Parent

Ce livre est le résultat d’une recherche qualitative menée auprès de praticiens et de praticiennes qui interviennent auprès de la famille, principalement dans des Centres jeunesse et des Centres locaux de services communautaires du Québec, comme travailleurs sociaux, psychologues, éducateurs, etc. L’objectif visé consistait en l’identification des principaux enjeux éthiques auxquels la pratique d’intervention confronte ces personnes, afin de favoriser une réflexion sur ces derniers. A partir des discours des intervenants, l’équipe de recherche a construit cet outil de réflexion éthique.

 

Trois écoles québécoises d’éthique appliquée : Sherbrooke, Rimouski et Montréal

Sous la direction de Alain Létourneau

Alors que la demande sociale autour des questions d’éthique se fait aujourd’hui fortement entendre, sur le continent européen comme ailleurs, cela fait plusieurs décennies que des chercheurs, souvent professeurs d’Université, s’y sont intéressés dans le contexte québécois. Leur objectif était de mieux comprendre cette demande afin de pouvoir y répondre, le souci d’intervention demeurant central dans leur réflexion. Cet ouvrage veut présenter l’œuvre d’un petit nombre d’entre eux, jugé représentatif : approche marquée par le questionnement sociologique à Rimouski, par la bioéthique à Montréal (mais aussi à Québec) et approche marquée par le dialogue et l’intervention à Sherbrooke.

 

Validité et limites du consensus en éthique

Sous la direction de Alain Létourneau et Bruno Leclerc

La question du consensus est on ne peut plus actuelle. Elle est au centre de la réflexion éthique et politique contemporaine, marquée par les exigences de la discussion intersubjective et du débat démocratique. Le consensus se présente à la fois comme dynamique de délibération et comme critère de justification des décisions.

Quels peuvent être les critères pour juger de la valeur d’un consensus, tant au niveau institutionnel que sociétal ? À quelles conditions le désaccord doit-il être possible et préservé ?  La procédure peut-elle à elle seule prémunir les participants à la discussion contre les jeux de pouvoir et d’intérêts ? Ces questions sont examinées ici.