Misja Fitzgerald Michel - Fondation Ostad ElahiFondation Ostad Elahi

Misja Fitzgerald Michel

Né en 1973, Misja Fitzgerald Michel a été élève de la classe de jazz de François Jeanneau au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Il a ensuite étudié en 1993 à la New School (New York) auprès de Jim Hall, Billy Harper et Kenny Werner. Il commence à jouer à cette époque avec Ravi Coltrane et avec de nombreux autres musiciens de la jeune scène new- yorkaise, comme Gary Thomas, Chris Potter ou Mark Turner.

Il enregistre un premier disque autoproduit en 1998, « Live at La Villa » avec Scott Colley et Tony Rabeson. Pour son deuxième album également autoproduit, « On the Edge », enregistré à New York, il fait appel au contrebassiste Drew Gress et au batteur Nasheet Waits, ainsi qu’à Ravi Coltrane comme invité. Il choisit le duo avec Drew Gress pour son troisième disque « Expectations », sorti en janvier 2004. En 2003 et 2004, il s’est produit en club, notamment au Sunset, et apparaît dans différents festivals internationaux (Montréal, Marciac, JVC Festival à Paris, Jazz à Vienne, Nancy Jazz Pulsations).

Misja Fitzgerald ne se contente pas d’être un brillant tricoteur de doubles croches, il est aujourd’hui l’une des plus fines plumes des guitaristes du jazz actuel dans la lignée de Pat Metheny, Jim Hall… Il a été nominé aux Djangos d’or de la guitare 2006 pour le disque Encounter, ainsi qu’aux Victoires du jazz 2012 pour son album Time of No Reply. 

La culture musicale de Misja FitzGerald Michel déborde le champ du jazz et la filiation musicale avec le guitariste Jim Hall, maître aussi discret qu’unanimement respecté. Elle s’étend aussi bien à Bach et sa Chaconne pour violon seul – d’où sans doute son goût pour les thèmes joués en solo -, qu’à Jimi Hendrix. Musicien en liberté, à la guitare électrique ou acoustique, la guitare à douze cordes, mais aussi dans des formats allant du solo au quartette, en passant par le trio, ses choix respirent la maturité et l’énergie, l’écoute et l’entente. Qu’il soit seul ou à plusieurs, c’est toujours la quête et la découverte de soi dont il s’agit avec les improvisations de Misja Fitzgerald Michel.