Éthique de l’entreprise : réalité ou illusion ?

Partenaire


 

Publication du colloque

Éthique de l’entreprise : réalité ou illusion ?, coll. Éthique en contextes, éditions de l’Harmattan

13 juin 2008  –  Sciences Po, Paris

Argument

Dans un contexte d’affaiblissement de l’état et de ses moyens, les entreprises apparaissent aujourd’hui souvent comme les institutions porteuses du bien public et de l’intérêt général, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’entreprises multinationales. Ces sollicitations visant à impliquer l’entreprise dans la fourniture de biens collectifs s’accompagnent bien souvent d’une certaine défiance.
C’est au confluent de ce double mouvement, défiance et sollicitation, qu’il convient de réinscrire la question des valeurs portées par les entreprises, et plus largement celle de leur éthique.

Il s’agit là d’une ambition forte, que les théories de l’éthique, dans leur diversité, ne permettent pas d’instruire pleinement et de façon satisfaisante. Ces théories sont en effet pensées à l’échelle de l’individu et les théoriciens buttent comme souvent sur le passage au collectif. Comment appréhender l’éthique dans l’entreprise ? Qu’est-ce qu’une entreprise éthique ? Peut-on qualifier, comme on le fait pour un individu, une entreprise d’éthique ?

Nous centrerons dans un premier temps notre regard sur l’individu en entreprise avant de le porter vers l’institution. L’individu est-il susceptible d’opter pour des comportements éthiques en entreprise. Et si oui, cela suffit-il pour qualifier l’entreprise d’éthique ? Sur quels leviers internes s’appuiera-t-il alors ? Et quels seront les freins à l’adoption de tels comportements ? Ces questionnements s’inscrivent dans la recherche des finalités de l’entreprise. En tant qu’institution, une entreprise est insérée dans un tissu de relations socio-économiques. Pourquoi l’entreprise, à travers sa gouvernance, s’imposerait-elle des pratiques éthiques ? Ces pratiques sont-elles suffisantes pour garantir le respect de l’intérêt général ou le bien public ou bien doivent elle être complétées de leviers externes ? Et si oui, lesquels ? Autour de ces interrogations, la journée sera donc organisée en deux temps :

1. Éthique individuelle au sein de l’entreprise
Cet atelier entend préciser comment la préoccupation éthique émerge au sein d’une entreprise et sous l’influence de quels facteurs internes. Il vise également à cerner les comportements éthiques individuels et leur diffusion dans l’entreprise dans la création d’une éthique collective. Y a-t-il une spécificité de l’éthique en entreprise ? Qu’est qu’un comportement éthique en entreprise ? Qu’est ce qu’un comportement éthique d’entreprise ? Qui peut porter l’idée d’éthique et comment la promouvoir ?

2. Éthique d’entreprise et environnement extérieur
On se demandera dans quelle mesure l’environnement extérieur est susceptible de fournir des leviers qui pourraient orienter l’entreprise à adopter des pratiques éthiques. Et inversement, comment l’entreprise peut influencer l’évolution des pratiques éthiques de son environnement. Y a-t-il nécessité d’une régulation externe et dans quel(s) domaine(s) ? Quel rôle peuvent jouer les pouvoirs publics sur le plan incitatif et réglementaire ? Quel rôle peuvent jouer les acteurs économiques ? Quel peut être l’impact d’une éthique d’entreprise sur son environnement réglementaire et économique ? En quoi l’éthique collective peut-elle influencer la pratique individuelle de l’éthique ?

Programme

Ouverture

Fabienne Cardot, délégué régional du groupe EDF en “Franche-Comté”, master éthique des universités de Strasbourg, auteur d’un “Que sais-je ?” sur l’éthique d’entreprise

Table ronde – Éthique individuelle au sein de l’entreprise

Alain Anquetil, philosophe, chercheur en éthique des affaires au CERSES et à l’ESSCA –Le sens et la portée du concept d’intégrité pour l’éthique individuelle au sein de l’entreprise
Jean-François Connan, directeur Responsabilité sociale d’ADECCO – L’Éthique et la responsabilité
Jean-Jacques Nillès, philosophe et docteur en gestion, co-fondateur du cabinet Socrates – Comment promouvoir et opérationnaliser l’éthique ?

Table ronde – Éthique d’entreprise et environnement extérieur

Michel Bon, cofondateur et premier président de Transparency International, président du conseil de surveillance de Devoteam et des Éditions du Cerf – L’entreprise, son environnement et l’éthique
Thierry Hommel, directeur délégué de la chaire de développement durable de Sciences Po – L’entreprise, acteur économique enchâssé dans le social : lorsque les interactions sociales impactent les comportements d’entreprise
Serge Orru, directeur général du WWF France – Éco-système et interdépendance
Bernard Saincy, responsable du collectif Développement Durable de la CGT – La négociation sociale comme outil de la résolution des dilemmes éthiques dans l’entreprise

Animateurs de la journéeJean Francis Pécresse et Paul Fabra, Les Échos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les journées d’études